• Le collectif à décidé d'interpeller   les candidats aux élections législatives avec le questionnaire ci-dessous.

    Ont été contactés tous les candidats des 4 circonscriptions qui touchent le périmètre du "permis de Gardanne", c'est à dire les 10 ème, 11 ème, 12 ème et 14 ème circonscription des Bouches du Rhône.

    Leurs réponses seront publiés dans l'article "les réponses des candidats ...."   Nous listerons également les noms des candidats qui n'auront pas répondu à notre questionnaire.

     

     

    Mesdames et Messieurs les candidats aux élections législatives,

     

    Vous n’ignorez certainement pas que le « Collectif de Vigilance Gaz de Gardanne – Pays d’Aix » se bat depuis un an pour l’abrogation du permis de recherche d’hydrocarbures, dit « permis de Gardanne », délivré en 2004, prolongé en 2010 et toujours en cours de validité.

     

    La mobilisation sans précédent qui s’est développée sur tout le territoire entre Belcodène et Vitrolles, Allauch et Aix-en-Provence, démontre la forte inquiétude des citoyens concernant ces projets de forages.

     

    Celle-ci a contribué :

     

    -          à la promulgation de la loi du 14/07/2011 interdisant la technique de la fracturation

          hydraulique

    -          à l’abrogation de trois permis en France métropolitaine.

     

    Cependant la mobilisation du collectif de Vigilance Gaz de Gardanne-Pays d’Aix reste toujours intacte car, comme 61 autres permis en France, le permis dit « de Gardanne » n’a pas été abrogé.

     

    Depuis cette attribution des permis de recherche, une expertise citoyenne et scientifique a été réalisée par les collectifs dans toute la France : l’exploitation à tout prix des gaz et huiles de schiste, du gaz de charbon, plus globalement de tous les gaz non conventionnels, ne présente pour notre société que des inconvénients.

    S’appuyant sur les antécédents en Amérique du Nord ainsi que de nombreuses études réalisées par des chercheurs et universitaires des différents pays, les collectifs arrivent aux conclusions suivantes :

    L’exploitation de ces ressources conduit à :

     

    -          l’augmentation des gaz  à effet de serre

    -          une consommation déraisonnée de la ressource en eau et le risque de pollution de celle-ci

    -          la destruction des paysages (création des sites de forage, trafic de camions citernes …)

     

    Rien ne peut justifier ces nuisances imposées à l’environnement, aux citoyens et aux collectivités locales !

     

    Le CVGG vous demande de bien vouloir répondre au questionnaire se trouvant au verso de ce courrier  en cochant les cases oui/non prévues  à cet effet et de le renvoyer avant le 1. juin 2012.

     

    Pour toute autre remarque concernant la politique énergétique que vous projetez de mettre en œuvre, veuillez utiliser le cadre vide.

     

     

     

    Si vous étiez élu lors du prochain scrutin législatif, vous engageriez-vous :

     

    -          à œuvrer pour l’abrogation définitive du permis  dit « de Gardanne » ?           oui   non □

    -          à œuvrer pour l’interdiction définitive de l’exploration et de l’exploitation de tous les hydrocarbures qui requièrent le recours à la stimulation   même expérimentale ?                                                                                                                                 

                        oui □  non □

    -         à faire précéder la réforme du code minier d’un débat public et citoyen et y intégrer les principes de la charte de l’environnement ?                                                                        oui   non □

    -          à ce qu’un choix démocratique de scénario de transition énergétique soit fait dès le début de votre mandat et mis en œuvre durant celui-ci ? Si oui, vous engageriez vous à ce que ce scénario respecte les principes de sobriété, d’efficacité énergétique et de prévalence des énergies renouvelables sur les énergies fossiles ?                                                         oui   non  

     

     

       

     

    Dans l’attente de votre réponse (avant le 1. juin 2012) -  qui sera publiée sur le site internet du CVGG -  recevez, Mesdames, Messieurs les candidats, nos salutations citoyennes les meilleures.

     

    Pour le CVGG, les porte-paroles Remy Carrodano et Achim Gertz

     

     

     

     

    Vos réponses :

    - soit par mail à (document scanné)     abgertz@wanadoo.fr

    - soit par retour de courrier papier à : «  CVGG » A. Gertz     45, chemin d’Aurumy      13710 Fuveau

     

     


    votre commentaire
  • Ci-dessous les réponses que le collectif a réçu de la part des candidats aux législatives dans les circonscriptions 10, 11, 12 et 14 des Bouches du Rhône aux questionnaire que vous trouvez ICI

    Elles sont classées par circonscriptions et par l'ordre d'arrivée dans notre boite aux lettres.

    bonne lecture !

     

    10. ème circonscription

     

    ci-dessous la réponse de François - Michel Lambert, candidat EELV/PS

     

    Si vous étiez élu lors du prochain scrutin législatif, vous engageriez-vous :

     

    • à œuvrer pour l’abrogation définitive du permis  dit « de Gardanne » ? oui non

    • à œuvrer pour l’interdiction définitive de l’exploration et de l’exploitation de tous les hydrocarbures qui requièrent le recours à la stimulation  même expérimentale ? oui non

    • à faire précéder la réforme du code minier d’un débat public et citoyen et y intégrer les principes de la charte de l’environnement ? oui non

    • à ce qu’un choix démocratique de scénario de transition énergétique soit fait dès le début de votre mandat et mis en œuvre durant celui-ci ? Si oui, vous engageriez vous à ce que ce scénario respecte les principes de sobriété, d’efficacité énergétique et de prévalence des énergies renouvelables sur les énergies fossiles ? oui non

     

     

     

    L’idée même d’exploitation d’hydrocarbures non conventionnels n’a pas de sens dans le cadre d’un développement durable, d’une économie adossée à la sobriété énergétique.

    En ce sens, et plus encore du fait des impacts environnementaux colossaux engendrés par la technique unique d’hydrofracturation, je suis totalement opposé à quelque idée d’exploiter ces gaz ou pétroles non conventionnels.

    A contrario, j’inscris pleinement la transition écologique dans le projet de société que je propose. Cette transition écologique inclus en premier lieu la capacité à réduire très fortement la part des énergies fossiles dans notre mode de consommation. Et pour cela il faut commencer par une réduction rapide de la consommation, c’est la sobriété et l’efficacité énergétique (isolation, réduction de la part d’énergie dans les process, réduction des trajets en voiture, etc…). C’est aussi le développement des énergies renouvelables et des transports publics. Au total nous chiffrons cet objectif comme pouvant créer 600.000 emplois verts. Il est plus qu’urgent d’enclencher la transition écologique, en suivant en cela l’engagement de François Hollande lors de son discours d’investiture.

     

    Francois-Michel Lambert

     

    Ci-dessous la réponse de Nancy Ithamar, candidate DLR (Debout le République)

     

    Si vous étiez élu lors du prochain scrutin législatif, vous engageriez-vous :

     

    • à œuvrer pour l’abrogation définitive du permis  dit « de Gardanne » ? oui X non □

    • à œuvrer pour l’interdiction définitive de l’exploration et de l’exploitation de tous les hydrocarbures qui requièrent le recours à la stimulation  même expérimentale ? oui X non □

    • à faire précéder la réforme du code minier d’un débat public et citoyen et y intégrer les principes de la charte de l’environnement ? oui X non □

    • à ce qu’un choix démocratique de scénario de transition énergétique soit fait dès le début de votre mandat et mis en œuvre durant celui-ci ? Si oui, vous engageriez vous à ce que ce scénario respecte les principes de sobriété, d’efficacité énergétique et de prévalence des énergies renouvelables sur les énergies fossiles ? oui X non □

     

     

     

     

    Candidate de Debout la République et citoyenne de la 10ème circonscription, je souhaite exprimer mon opposition à l’extraction du gaz de schiste car cela pose de sérieux problèmes environnementaux.

     

    En effet, ce gaz naturel, énergie fossile non renouvelable contenue dans des roches sédimentaires profondes nécessite, pour être extrait, l’utilisation d’énorme quantité d’eau à laquelle on ajoute un cocktail chimique dont personne ne connait la recette (sous couvert du secret industrie)l au risque de contaminer les nappes phréatiques et l’environnement.

     

    De plus, pour extraire ce gaz il va falloir construire plusieurs puits de forage qui risquent de détériorer les paysages.

     

    Je tiens à préciser, à toutes fins utiles, que tous les candidats de Débout la République sont pour le développement des énergies propres et renouvelables.

     

    Nancy ITHAMAR

    Candidate Debout la République

    10è Circonscription des Bouches du Rhône

     

     

     

    Ci-dessous la réponse de Nathalie Minari , candidate du "Centre pour la France" (Modem)

     

      Si vous étiez élu lors du prochain scrutin législatif, vous engageriez-vous :
     à oeuvrer pour l’abrogation définitive du permis dit « de Gardanne » ? oui ■ non □
     à oeuvrer pour l’interdiction définitive de l’exploration et de l’exploitation de tous les hydrocarbures qui requièrent le recours à la stimulation même expérimentale ? oui ■ non □
     à faire précéder la réforme du code minier d’un débat public et citoyen et y intégrer les principes de la charte de l’environnement ? oui ■ non □
     à ce qu’un choix démocratique de scénario de transition énergétique soit fait dès le début de votre mandat et mis en oeuvre durant celui-ci ? Si oui, vous engageriez vous à ce que ce scénario respecte les principes de sobriété, d’efficacité énergétique et de prévalence des énergies renouvelables sur les énergies fossiles ? oui ■ non □


    L’extraction de gaz non conventionnels se fait au détriment du bon sens .
    Outre le ravage de notre environnement , des audits parlementaires devraient être menés concernant l’attribution des marchés d’exploitation de nos ressources naturelles . La transparence est primordiale pour avancer sereinement dans la transition énergétique.
    Nous sommes pour un changement des comportements en matière environnementale et cela commence par un changement de perspective au niveau de l’Etat . Nous souhaitons qu’une majorité nouvelle investisse massivement dans les énergies renouvelables et se tourne enfin vers l’avenir.
    Je souligne le courage et la détermination du Collectif Vigilance Gaz Gardanne , parce que ce combat est le combat de tous !
    Nathalie Minari
    Candidate Centre pour la France

    11. ème circonscription

     

    Ci-dessous la réponse de Gaêlle Lenfant (PS)

     

     

    Madame, Monsieur,

    L’ancienne majorité a fait voter en grande pompe après les élections de 2007 des lois environnementales dans le cadre du « Grenelle de l’environnement ». Et pourtant, le Gouvernement de Nicolas Sarkozy a très vite renié ses promesses en permettant les recherches sur le Gaz de Schiste et en délivrant les premiers permis.

    Cette fuite en avant, faite sans aucune concertation avec les habitants et les scientifiques, démontre l’incapacité de la droite de sortir d’un modèle de développement reposant exclusivement sur les énergies fossiles. Pourtant, il est incontestable que ces ressources énergétiques fossiles sont responsables du réchauffement climatique et que leur raréfaction va conduire inévitablement à une hausse des prix.

    Le Parti socialiste a demandé l’interdiction de l’exploration et de l’exploitation d’hydrocarbures non conventionnels et l’annulation des arrêtés ministériels accordant des permis exclusifs de recherches. Nos groupes parlementaires ont déposé des propositions de loi en ce sens.

    Au-delà de la simple question du Gaz de Schiste, c’est donc bien une réflexion globale sur la politique énergétique qui doit être menée, pour mettre en place un modèle de développement qui soit tourné vers les énergies renouvelables, moins polluantes et dont l’exploitation ne met pas en danger les populations locales et l’environnement

    Sur Gardanne, le permis qui a été octroyé par le gouvernement fait partie de ceux (nombreux), qui n’ont pas été annulés. A partir du moment où nous demandons l’interdiction de l’exploitation d’hydrocarbures non conventionnels, Gardanne devra être stoppé.

    Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de ma considération distinguée.

    Gaëlle Lenfant

     

     

    Ci-dessous reproduite la réponse (malgré l'arrivée hors délai) de

     

    Corinne MOREL

    Candidate Lutte Ouvrière

    11ème circonscription des Bouches du Rhône Le 6 juin 2012

     

    Madame, Monsieur,

     

    Je comprend l'inquiétude des habitants de la région de Gardanne et au delà face aux risques sanitaires et environnementaux occasionnés par l'exploitation des gaz de schistes comme cela a été démontré aux Etats Unis avec la méthode de fracturation hydraulique.

     

    Dans le domaine de l'énergie, comme dans d'autres domaines, les moyens de production sont aux mains de groupes privés qui n'ont que le profit à court terme pour objectif. Et cette recherche de profit se fait toujours au détriment de la santé des travailleurs de ces industries, des populations riveraines et de l'environnement. Lutte Ouvrière et le courant communiste révolutionnaire auquel j'appartiens dénonce les dégâts que le capitalisme inflige aux travailleurs, aux populations et à l'environnement.

     

    Dans cette société un grand nombre de techniques sont dangereuses. L'extraction classique du charbon a dans le passé tué, et continue aujourd'hui a tuer des milliers de mineurs en France et dans le monde. On ne peut pas mener le combat contre telle ou telle technique sans discuter des conditions sociales dans lesquelles ces techniques sont mises en œuvre. Le danger vient d'abord du fait, que ces techniques sont aux mains des capitalistes qui se moquent des conséquences de leurs décisions du moment où le profit est assuré.

     

    Dans votre charte, vous souhaitez promouvoir « un scénario de transition énergétique » et vous voulez que j’approuve le « principe de sobriété, d’efficacité énergétique et de prévalence des énergies renouvelables sur les énergies fossiles » . Mais dans cette société, divisée par des clivages de classes, dans cette période de crise aiguë où la pauvreté s’aggrave de jour en jour, la « sobriété énergétique » que vous réclamez reviendra à imposer la sobriété forcée aux pauvres par des augmentations de prix. Les familles pauvres ne pourront pas se payer le fioul pour se chauffer ni l’essence pour se déplacer, en dehors des transports collectifs de moins en moins suffisants, pendant que les riches pourront voyager en 4x4 ou prendre l’avion, sans même parler de ce que consomment leurs yachts ou leurs jets privés. Cette vision n’est en rien exagérée. De plus en plus d’associations dénoncent la fracture énergétique qui empêche, déjà aujourd’hui, les plus pauvres de se chauffer.

    Alors, si je suis solidaire de tous ceux qui refusent de voir des groupes privés explorer le sous-sol, en toute opacité et avec des techniques dangereuses pour les nappes phréatiques et plus généralement pour les riverains, je pense que le problème principal de notre époque est de faire en sorte que la société maîtrise consciemment l’ensemble de ces choix en termes d’énergie.

    Il faut que ces choix soient faits en toute conscience, de façon réfléchis et discutés démocratiquement par la collectivité et pas sous la pression de groupes industriels et financiers mus par leurs seuls espoirs de profits.

    Cela implique d’enlever le contrôle et la possession des moyens de production aux

    actionnaires privés ou aux banquiers qui les possèdent et les mettent en œuvre pour le seul profit.

    Cela implique de mettre un terme à cette économie de marché, de plus en plus transformée en économie de casino, qui n’est pas nuisible seulement pour la planète et l’environnement mais pour l’humanité dans une multitude de domaines.

     

     

     

     

    12. ème circonscription

    ci-dessous la réponse du Dr Pierre Souvet

     

    Si vous étiez élu lors du prochain scrutin législatif, vous engageriez-vous :

     

    -          à œuvrer pour l’abrogation définitive du permis  dit « de Gardanne » ?           oui  +  non □

    -          à œuvrer pour l’interdiction définitive de l’exploration et de l’exploitation de tous les hydrocarbures qui requièrent le recours à la stimulation   même expérimentale ?                                                                                                                                                    oui  oui +              non □

    -         à faire précéder la réforme du code minier d’un débat public et citoyen et y intégrer les principes de la charte de l’environnement ?                                                                        oui  +  non □

    -          à ce qu’un choix démocratique de scénario de transition énergétique soit fait dès le début de votre mandat et mis en œuvre durant celui-ci ? Si oui, vous engageriez vous à ce que ce scénario respecte les principes de sobriété, d’efficacité énergétique et de prévalence des énergies renouvelables sur les énergies fossiles ?                                                         oui  + non  

     

     

     

     

    Dr Pierre SOUVET

    Candidat legislatives XIIème circonscription des bouches du rhone

     

     

     

    14. ème circonscription

     

    ci dessous la réponse du Josiane Durrieu et Pierre Capell pour le Front de Gauche

     

    Si vous étiez élu lors du prochain scrutin législatif, vous engageriez-vous :

     

    • à œuvrer pour l’abrogation définitive du permis  dit « de Gardanne » ? oui X□ non □

    • à œuvrer pour l’interdiction définitive de l’exploration et de l’exploitation de tous les hydrocarbures qui requièrent le recours à la stimulation  même expérimentale ? oui X□ non □

    • à faire précéder la réforme du code minier d’un débat public et citoyen et y intégrer les principes de la charte de l’environnement ? oui X□ non □

    • à ce qu’un choix démocratique de scénario de transition énergétique soit fait dès le début de votre mandat et mis en œuvre durant celui-ci ? Si oui, vous engageriez vous à ce que ce scénario respecte les principes de sobriété, d’efficacité énergétique et de prévalence des énergies renouvelables sur les énergies fossiles ? oui X□ non □

     

     

     

     

     

     

    Je réponds oui à toutes les questions et j’apporte les précisions suivantes :

    • dans le cadre du programme du Front de Gauche

    • nous affirmons l’exigence de la maîtrise publique, sociale et démocratique du secteur de l’énergie

    • nous proposons un débat public national immédiat sur la politique énergétique de la France (qui devra trancher sur la sortie ou le maintien sécurisé et public du nucléaire)

    • et bien d’autres propositions à débattre dans le cadre de la planification écologique

     

    Ci dessous la réponse de Jean- David Ciot (PS)

     

     

    Messieurs,
    Vous m’avez fait l’honneur de m’interroger, comme candidat aux législatives, quant à ma position relative aux gaz de schiste, et je vous en remercie.
    Mon engagement est clair : l’exploitation des gaz et huiles de schiste doit aujourd’hui être interdite en France. Depuis de nombreux mois, le Parti Socialiste et ses parlementaires se battent en faveur de cet objectif.
    En effet, à l’heure d’aujourd’hui, les techniques d’exploitation utilisées par l’industrie de l’énergie ont montré qu’elles pouvaient contribuer à détériorer gravement l’environnement et nuire à la santé publique. Je pense particulièrement à la destruction des espaces naturels et aux risques avérés de contamination des nappes phréatiques, pour un résultat économique encore incertain.
    Ainsi, parce que je place la santé de nos concitoyens et la préservation de notre environnement au dessus des logiques économiques, je combattrai tout projet qui se proposerait de relancer la prospection en faveur de ces gaz non conventionnels, notamment dans le pays de Gardanne.
    En espérant avoir répondu à vos interrogations, je vous prie d'agréer, Messieurs, l'expression de mes sentiments distingués.
    Jean-David Ciot
    Maire du Puy-Sainte-Réparade
    Vice-Président de la Communauté du Pays d’Aix
    Candidat aux élections législatives pour la 14ème circonscription


    votre commentaire
  • P1130433.JPG

     

    En parallèle du Forum "officiel" Mondial de l'Eau (FME), rendez-vous des institutions nationales et internationales, des gouvernements, des institutions financières et des multinationales, qui œuvrent à la privatisation de l’eau (bien public), a eu lieu le 4ème Forum Alternatif Mondial de l'Eau (FAME), à Marseille, du 14 au 17 mars 2012.

     

    Ce forum alternatif est organisé par des associations citoyennes et paysannes, des ONG, des mouvements sociaux, des collectifs et associations environnementaux, du monde entier, pour dénoncer le caractère illégitime du forum officiel, qui officialise la main mise de la finance sur la marchandisation de l’eau; il milite pour la préservation des ressources en eau, bien commun de l’humanité, auquel tout être a le droit d’accès fondamental.

     

    Les collectifs anti-gaz de schiste et de charbon de l’Ardèche, du Vaucluse, du Gard, du Var ainsi que l’association “Collectif de Vigilance de Gardanne et du Pays d’Aix” (CVGG), participaient à cette manifestation, dans le cadre de leur lutte contre le gaspillage et la pollution de l’eau (bien commun de l’humanité), par l’exploitation et l’exploration des gaz de schiste et de charbon.

     

    P1130452.JPG

     

     

    Point sur la situation actuelle :

     

    - contrairement à l’effet d’annonce de la loi du 13/07/2011, il reste toujours, à ce jour, 61/64 permis d’exploration, qui n’ont pas été abrogés; les 3 permis qui ont été abrogés, l’ont été du

    fait de l'inscription des Cévennes et des Causses, au patrimoine mondial de l'humanité.

    - les 2 compagnies pétrolières, Total et Schuepbach ?, ainsi “déboutées” de leur permis, attaquent en justice, le gouvernement français.

    - rappel :

        * même dans la phase d’exploration du sous-sol, l’eau est déjà polluée

        * le code minier a été modifié pour faciliter la transformation d’un permis d’exploration, en permis d’exploitation des gaz de schiste et de charbon

        * le “permis de Gardanne” risque d’être prorogé en novembre 2012 pour une durée de 2 ans !

     

    Les collectifs et associations de lutte contre l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste et de charbon, rappellent combien la mobilisation est toujours d’actualité, elle sera de longue haleine, combien l’enjeu financier est grand, combien les ravages sur l’environnement et sur notre santé sont graves et irréversibles et combien nous devons rester très vigilants.

     

    P1130459.JPG

     

    P1130488.JPG

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Faisant suite aux demandes répétées de certains Maires de la communauté des communes du Pays d'Aix, notamment le courrier de Michel Boyer, Maire de Simiane (voir notre article ), Madame Joissains, en tant que présidente de la CPA vient d'adresser ce courrier à Monsieur le Préfet Hugues Parrant.

    Notre collectif juge ce courrier plutôt timide (l'ignorance affichée des conséquences des forages ...) , mais ce félicite néanmoins de son existence.

    Nous soutenons l'appel à la tenue d'un débat public contradictoire.

     

    lettre-joissains-prefet-janv2012.jpg

    lettre-joissains-prefet-suite.jpg


    votre commentaire
  • Gardanne, le 2 décembre 2012

    N.Ref AG/CC/BA 2012 11 02

    Objet : vigilance réforme du code minier

    Lettre ouverte à Mesdames et Messieurs les Députés

    Vous vous êtes impliqués ou prononcés lors du vote de la loi n°2011-835 du 13-07-2011 visant à interdire l’exploration et l’exploitation des mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux par fracturation hydraulique.

    Cette démarche parlementaire en procédure d’urgence, qui n'a abouti qu'à l'interdiction d'une technique d’exploration et d’exploitation, n’a pas eu la rigueur nécessaire pour une maîtrise pérenne du sol et du sous-sol, « patrimoine commun de la Nation ».

    L’ensemble des représentants politiques, administratifs et défenseurs de l’environnement, demandent la modernisation du code minier, y compris les investisseurs et industriels à la recherche d’une certaine « sécurité légale et règlementaire ».

    A la demande du ministère de l’environnement, Maître Arnaud Gossement a présenté le 12 décembre-2011 un rapport sur l’articulation du droit minier et du droit de l’environnement. Le Parlement travaille actuellement sur un projet de ratification de l’ordonnance de codification de la partie législative du code minier. Les lobbies des Gaz Non Conventionnels aussi !

    Le collectif de Vigilance Gaz de Gardanne est concerné par le permis d’exploration des gaz de charbon dit « de Gardanne »  qui a été prolongé le 9 avril 2010 jusqu’au 25.novembre.2012.

    Conscient du pouvoir des lobbies de l’exploitation des gaz non conventionnels, nous attirons votre attention sur les enjeux de ces travaux parlementaires, et nous vous demandons d’être particulièrement vigilants sur toute faille d’un dispositif qui permettrait un contournement de la gestion du sous-sol par l’Etat. Toute possibilité d’intéressement financier des propriétaires du sol et des collectivités locales concernées est à exclure.

    Tout comité « Théodule », saupoudré d’une petite minorité d’associatifs plus ou moins pertinemment choisis face aux intérêts économiques, à l’image des « Commissions locales d’information et de suivi » de nos installations classées, ne saurait être reconnu comme un renforcement démocratique de la participation du public dans l’attribution des projets miniers.

    Votre circonscription étant en trois dimensions, nous vous demandons donc, Mesdames, Messieurs les Députés, de vous impliquer personnellement et publiquement dans l’évolution du code minier pour vous opposer à toute action souterraine qui minerait l’avenir de nos sols et sous-sols.

    Dans l’attente de vos interventions et prises de positions, veuillez agréer, Mesdames et Messieurs les Députés, l’assurance de nos respectueuses salutations citoyennes.

    Achim Gertz et Remy Carrodano porte-paroles


    votre commentaire
  • Notre réunion  publique sur invitation du "Forum Citoyen de Fuveau"  a réuni plus d'une centaine de personnes intéressées ou alarmées par le sujet . Un extrait de "Gazland" a été projeté  et la problématique des gaz de charbons sur notre secteur a été exposé par le porte parole du collectif,  Achim Gertz..

    Nous avons noté l'absence des élus des communes environnantes (Gréasque, Belcodéne, Peynier, Chateauneuf-le Rouge...) , pourtant dûment et gentiment invités par courrier et par courriel. C'est incompréhensible , inquiétant et révoltant à la fois !

    Notre conseiller général, M Tassy s'est excusé, tout comme le maire de Fuveau, M Bonfillon, mais qu'est ce qu'il l' a empeché de faire participer un adjoint de la mairie puisque nous avions invité l'ensemble des élus à notre réunion ?

    Faudra - t-il attendre d'avoir les foreuses dans nos campagnes  pour qu'ils agissent ?

     

    article_fuveau-16.10.11.jpg

     

      la-marseillaise-15.10.11.JPG

     

     

     

     

     

     

      par LCM

    votre commentaire
  • A l'initiative des collectifs régionaux  contre les gaz de schistes ce rassemblement aura lieu le  week-end du 26, 27 et 28 août 2011     à Lézan.

    Ci-dessous l'affiche de l'évènement et le programme définitif.

    A noter la présence samedi à une des tables rondes de notre porte-parole Remy Carrodano.

    De manière unanime et logique , le sujet  du rassemblement qui était initialement la seule "protestation" contre les projets de forages  s'est élargi vers le thème de  la "transition énergétique"

     

    Affiche-lezan-gds1.jpg

     

     

    Le programme est maintenant définitif, la météo prévoit du beau temps (sauf risques d’orage le jeudi), en bref tout va bien !

    Vendredi 26 août

    Sessions « grandes problématiques » (10h - 12h)

    1. Gaz de schiste, pétrole … stopper la course aux énergies fossiles
      Maxime Combes(ATTAC), Aymeric de Valon (Collectif Ile de France), Benoît Thévard (Un avenir sans pétrole), François Veillerette (Générations Futures, co auteur de Le vrai scandale des gaz de schiste)
    2. Ruée sur l’énergie, menaces sur l’eau
      Sophie Bordères (Fondation France Libertés-Coordination Eau bien commun), Jacques Cambon (ATTAC), Marine Jobert (journaliste, co-auteure de Le vrai scandale des gaz de schiste )
    3. La santé sous le feu croisé des pollutions, de l’extraction à l’utilisation des énergies
      Vincent Besin (médecin à l’Association Santé Environnement France), Jean Nicolas Antoniotti (Aria Linda), Sébastien Lapeyre (CNIID) [1], Gilles Nalbone (Réseau Environnement Santé),Roland Desbordes (CRIIRAD)
    4. Sortir d’un modèle de surconsommation et vivre bien (buen vivir)
      Thierry Salomon* (Négawatt), Uto (Les Guerriers de l’arc en ciel), Fabrice André (Artisans du changement) [1], Charles Rochouane (ZAD de Notre-Dame des Landes-Relocalisons). Stéphane Linou (Conseiller Général Aude)

    Atelier exceptionnel à 13h

    Fabrice André (ingénieur, Artisans du changement) présente son refuge autonome en énergie et son moteur surnuméraire.

    Sessions « Controverses » (14h – 15h30)

    1. Démocratie confisquée, débat usurpé : comment instaurer un contrôle citoyen ?
      Hélène Pelosse (IRENA), un représentant du monde de l’expertise, Richard Neuville (Alter autogestion), André Duny (CEN), Annie Pourre (Novox), Bernard Vivien (sociologue)
    2. Institutions publiques, élus locaux et associations : comment maîtriser et réduire la consommation énergétique ?
      Sylvette Escazaux (ATOS-GN3), Edouard Chaulet (maire de Barjac), Jean-Claude Amara (Droits Devant), François Calvet [1](Conseiller régional Midi Pyrénées - ancien de la Confédération paysanne), Olivier Florens (Vice-Président du Conseil général du Vaucluse), Stéphane Linou (Conseiller Général Aude), Anne Dez (Collectif Drôme)
    3. Approche systémique des luttes : quelles mobilisations, quelle coordination ?
      Estelle Tardy (Collectif Causses) Eric Jousse(Netoyens), Serge Latouche [1](La ligne d’horizon), Thierry Sallantin (Collectif Ile de France), Alain Dordé (Les Amis de la Terre), Jean-Claude Amara (Droits Devant)
    4. État des luttes internationales : comment mutualiser les savoirs et articuler les mobilisations ?
      Maxime Combes(ATTAC), Juliette Renaud (Les Amis de la Terre), Kan Hervé Yomafou (Paysage et Territoire, Côte d’Ivoire), Marianna Fodor (Hongrie)

    Sessions « méthodes » (16h - 17h30)

    1. Comment mobiliser et lutter contre les permis d’extraction des gaz de schiste
      Claude Pradal(Maire de Villeneuve de Berg) [1], Joël Jolivet(Maire de Tharaux) [1], Roselyne Boussac (Maire de Bonnevaux), Edouard Chaulet (Maire de Barjac), Pascal Terrasse  [1](Président du conseil général d’Ardèche)
    2. Désobéissance civile
      Xavier Renou Les désobéissants)
    3. Comment aborder la transition énergétique
      (Greenpeace)
    4. Questions/réponses aux formations politiques : Quelles sont les mesures concrètes pour sortir de la dépendance des énergies fossiles ?

    Sessions : « Perspectives »(18h-19h)

    1. Aspects juridiques de la lutte contre les gaz de schiste
      Dominique Jourdain (Collectif Carmen), Aymeric de Valon (Collectif Île-de France), Romain Porcheron (Les Amis de la Terre)
    2. Communication et chaînes d’alerte au service de la lutte
      Olivier Compan et Vincent Espagne (Commission communication de la Coordination nationale des collectifs anti-gaz de schiste)

    19h-20h

    Engagements communs et agenda des luttes à la rentrée

    Représentants de la Coordination nationale

    Samedi 27 août

    9h30-11h30

    Table ronde

    Fuite en avant énergétique et chaos climatique

    Maxime Combes (ATTAC), Stéphane Lhomme (Observatoire du Nucléaire), le Collectif gaz de schiste, Jacques Exbalin (Réseau Action Climat), Christian Berdot* (Les amis de la terre), Nathalie Horn (glaciologue), Nathalie Péré-Marzano* - modératrice (CRID)

    Deux ateliers simultanés

    1 : Précarité énergétique : comment y remédier ?

    Jean-Claude Amara (Droits Devant), Wilhem Sunt (HALEM), Edwige Boutet* (CAUE du Gard)

    2 : Energies alternatives : les projets qui dérangent

    Aymeric de Valon (collectif Ile-de-France), Robert Pilli (collectif 69), ...

    11h30-13h30

    Table ronde

    Les enjeux et les pièges du capitalisme vert

    Sylvain Angerand (Les Amis de la Terre), Geneviève Azam (ATTAC), Thierry Sallantin (Collectif Ile-de-France), Fanny Simon - modératrice (AITEC)

    Deux ateliers simultanés

    1 : Pour une agriculture qui se libère de la dépendance énergétique

    Jean-Claude Pierre (Réseau Cohérence), Lionel Bois (Fruits et soleil)

    2 : Reconversion, relocalisation, transition énergétique

    Michel Lepesant (Objecteur de croissance), Daniel Burette (Relocalisons), Laurent Hutinet (Les Amis de la Terre), Benoit Thévard (Un avenir sans pétrole), Danielle Grunberg (ambassadrice Transition France), Etienne Lecomte (Transition Ile-de-France), Pascal Brisset (Sud Energie)

    14h30-16h30

    Deux tables rondes simultanées

    1 : Après Fukushima, le nucléaire : stop ou encore ?

    Chantal Cuisnier (Stop Nucléaire Cornouailles), Roland Desbordes (CRIIRAD), Stéphane Lhomme (Observatoire du nucléaire), Pierre Péguin – modérateur (Collectif Cevennes Garrigue Stop au Nucléaire)

    2 : Les voies pour une transition énergétique : du local au global

    Sylvia Pérez (La Ligne d’horizon), François Plassard (auteur), Josie Riffaud (Confédération Paysanne, Via Campesina), Frédéric Amiel (Greenpeace), Guillaume Blavette (Réseau Sortir du Nucléaire), Danielle Grunberg (ambassadrice Transition France), Jacqueline Balvet - modératrice (ATTAC)

    Trois ateliers simultanés

    1 : Agrocarburants, les luttes

    Eric Jousse (Netoyens !), Christian Berdot (Les Amis de la Terre), Pascal Pavie (Nature et Progrès- Collectif No-Palme)

    2 : Pour un habitat économe en énergie

    Maxime Vasseur (Rahmabaman), Rémi Carrodano (Promotion pour l’Eco-Habitat), Sylvie Barbe (Yurtao), Marc Sislian (artisan) un représentant du CAUE du Gard

    3 : Pour une politique alternative des transports

    Laurent Hutinet (Les Amis de la Terre), Gilles Quiniou (Re-localisons), Sud Rail*, FNAUT*, Collectif Etoile ferroviaire autour d’Alès*, collectif des opposants à l’aéroport de ND des Landes,

    16h30-18h

    Cinq ateliers simultanés

    1 : Sortie immédiate du nucléaire

    Didier Glatigny (Collectif Cévennes Garrigue Stop au Nucléaire), Jean-Luc Pasquinet (Stop Nogent), Stéphane Lhomme (Observatoire du Nucléaire), Pierre Péguin (Collectif Cévennes Garrigue Stop au Nucléaire)

    2 : Énergies renouvelables et relocalisation

    Simon Cossus (Enercoop), Robert Pilli (Consultant international Energies propres et recyclables), Aline Vigneau (Huilétic), Jacques Bucki* (Maire de Lambesc), Jean-Luc Aigoin (Maire de Saint-Jean de Serres), Eduardo Cerodio* (CLER)

    3 : L’espace écologique, un outil pour faire converger les luttes écologiques et sociales

    Sylvain Angerand – modérateur (Les Amis de la Terre), Geneviève Azam (ATTAC), Michel Lepesant (Objecteur de croissance), Nathalie Péré-Marzano* (CRID)

    4 : Des luttes locales aux échéances internationales (G20, Durban, Rio + 20) : comment articuler le mouvement ?

    Maxime Combes (ATTAC – AITEC), Didac Sanchez Costa i Larraburu* (porte-parole du mouvement des indignés espagnols, coopératives intégrales catalanes)

    5 : Sortir du nucléaire et reconversion de la filière

    Guillaume Blavette (Réseau Sortir du Nucléaire), Philippe Billard (Sud Energie)

    *sous réserve

    Conférence gesticulée sur la transition (17h-18h)

    Etienne Lecomte : Retour vers le futur... ou «  Comment aurons-nous réussi à surmonter les crises des années folles du pétrole ?...  »

    Dimanche 28 août

    10h30-11h30

    Convergence des luttes : Vinci, dégage !

    Collectif de lutte contre l’aéroport Notre-Dame des Landes, Thomas Couderette (Collectif anti-LGV), Yaroskv Nikitendo* (Collectif anti-Autoroute autour de Moscou)

    11h30-13h

    Les propositions pour la transition énergétique.

    Les prochains rendez-vous.

    Jean-Claude Pierre (Réseau Cohérence), Chantal Cuisnier (Stop Nucléaire Cornouailles), Claude Pradal (Maire de Villeneuve de Berg), Eric Jousse (Netoyens !), Les Amis de la Terre, ATTAC, les représentants des collectifs gaz de schiste.

    13h Fresque humaine

    L’après-midi

    Réunion interne des collectifs Gaz de Schiste en coordination nationale.

    Et les ateliers pratiques et pédagogiques continuent jusqu’au soir...


    1 commentaire
  •  A l'initiative du Collectif Provence, une belle action militante  ce samedi 18 juin qui devrait recevoir un bon écho médiatique;

    Vous êtes toutes et tous cordialement invités  à y participer.

    Soit à 8.30 h pour les plus courageux, soit plus tard pour les diverses animations ou points presse.

    Toutes les informations pratiques sur cette journée sur le site du Collectif Provence

    Attention il s'agit du" Pic des Mouches" et non de la Croix de Provence.

     

     

    affichebioconsomacteur[1]

    :


    votre commentaire
  • La loi du 11 Mai 2011 a été voté à l'assemblée Nationale mais doit encore "passer" au Sénat. Le sénateurs peuvent ne pas la voter ou encore l'amender. A cette fin un certain  nombre de collectifs de la région ont adressé une lettre aux sénateurs que vous nous reproduisons ci-dessous:

     

     

     Objet : Appel des collectifs gaz de schiste en faveur de l’abrogation  des permis d’exploration-exploitation des gaz et pétrole de schiste. 

     

     

    Mesdames et Messieurs les Sénateurs,

    Depuis plus de trois mois, les nombreux bénévoles des Collectifs Gaz de schiste se mobilisent avec vigueur et constance, sur le plan national, contre les projets d’exploration et d’exploitation des gaz et pétrole de schiste et contre les menaces catastrophiques dont ces hypothétiques chantiers sont porteurs en termes de destruction des paysages, des terroirs, et des ressources naturelles qu’ils recèlent.

    Or, vous ne pouvez ignorer que la proposition de loi validée le 11 mai 2011, en première lecture à l'Assemblée nationale, prévoit uniquement l'abrogation des permis d'exploitation par fracturation hydraulique et non pas, comme nous l’exigeons, l'abrogation pure et simple de ces permis d'exploitation, quel qu’en soit le procédé.

    Enfin, les dispositions instaurant une consultation du public, ainsi qu’une enquête publique dans le cadre de la procédure d’attribution de permis ont également disparu du texte.

    La position des Collectifs Gaz de schiste est légitimement justifiée par le triste état des lieux rapporté, depuis les Etats-Unis, (où les procès se multiplient), par les victimes de ces pratiques destructrices, à travers le compte-rendu inquiétant des dégâts irréversibles déjà enregistrés.

    Comment, la connaissance de ces constats pourrait-elle en effet faire oublier et accepter:

    ·        le risque majeur de pollution de l’eau ;

    ·        le gaspillage et par voie de conséquence la raréfaction de la ressource en eau, dans un contexte aggravant de changement climatique ;

    ·         les accidents survenus sur les sites d’exploitation et leurs conséquences : évacuation des habitations et de localités entières ;

    ·         l’émission massive de gaz à effet de serre ;

    ·        la défiguration de l’environnement et son impact sur l’activité agricole, le tourisme, la faune, la flore, le cadre de vie… ?

    Le principe de précaution doit prévaloir. En l’état actuel de nos connaissances, la seule méthode d’extraction de ces gaz est mal maîtrisée et accusée de polluer les nappes phréatiques. Maintenir des permis d’exploitation dans ces conditions est inutile.

    Loin d'avoir apaisé les colères, le texte de loi voté le 11 mai 2011 a eu pour effet d’intensifier les inquiétudes et le ressentiment des citoyens en amplifiant leur mobilisation.

    C’est pourquoi, Mesdames et Messieurs les Sénateurs, en votre qualité de représentants des citoyens et électeurs de ce pays, nous vous demandons instamment d’apporter votre soutien à notre démarche, lors de l'examen au Sénat de la proposition de loi relative aux gaz de schiste en rappelant notre refus de toute exploitation, aujourd'hui et demain, sur une quelconque portion de notre territoire, dans le seul souci de préservation de notre patrimoine naturel et culturel, de la santé et de la sécurité des populations concernées.

    Croyez, Mesdames et Messieurs les Sénateurs, à l’assurance de vigilance citoyenne et à notre respectueuse considération.

    Pour les Collectifs Gaz de schiste de la Région PACA et par délégation,

    Jean-Luc Robinet, membre du Collectif Gaz de schiste 84: Collectif_gazdechiste84@yahoogroupes.fr

    Olivier Dumas, membre du Collectif Gaz de schiste Provence; gazdeschisteprovence13@gmail.com

    Matthieu Caron, membre du Collectif Gaz de schiste 04: collectif.hauteprovence@orange.fr

    Christian Dépret, membre du collectif Gaz de schiste 83: nonaugazdeschiste83@gmail.com

    R. Carrodano et A. Gertz, porte paroles du collectif Gardanne : collectifgazgardanne@laposte.net


    votre commentaire
  • carte gaz gardanne

     Le jour du vote de la loi (mais c'est un hasard, nous reviendrons sur ce vôte ultérieurement) se tiendra à Meyreuil une réunion publique d'information et débat consacrée  aux gaz non conventionnels et "notre"  permis de Gardanne. 

    Elle est coorganisée par le collectif et l'association ASPAM, donc pas de langue de bois au programme !

     

    Notez le lieu et l'heure et venez nombreux :

     

    Mardi 10 mai à 18.30 à la Salle Mistral - espace La Croix à Meyreuil (Plan de Meyreuil, près du CASINO)

     

     

     

     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique